Réfection chaussée par SACER

(pont nord SNCF Le Pouzin )

 

Les levages lourds effectués pour le remplacement des ponts SNCF à la Retonde ont été, ici, largement commentés, peut-être trop!, mais j'avais alors estimé que nous n'aurions pas souvent l'occasion de voir évoluer à 12 / 15 mètres de hauteur des pièces de 35 et 85 tonnes au coeur de notre petite ville.

Depuis la SACER a terminé les travaux routiers nécessités par ces remplacements et il serait injuste de passer sous silence ce chantier dont beaucoup d'acteurs sont des locaux qui se reconnaîtront sur les photos.

Les rails des voies étant restés à la même hauteur mais les nouvelles travées métalliques du pont Nord étant plus "épaisses "d"une vingtaine de centimètre, il fallait baisser la chaussée pour rétablir le gabarit routier, je me suis adressé à Michel Marca conducteur de travaux pour obtenir des informations justes et pouvoir évoluer sur le chantier.

Pour les internautes plus au moins lointains je rappelle que SACER est implanté ici depuis le début des années 60 et que seuls les très anciens se souviennent du "Tarmacadam" qui été déjà là dans les années 30 ou de la société " La Route " qui lui avait succédé .

actuellement 250 personnes sont rattachés à cette base du Pouzin qui a obtenu ce marché certes petit

mais pas facile vu la brièveté du délai d'exécution : 5 jours seulement pour la coupure de la circulation plus une dizaine pour l'achèvement, mais avec le trafic.

L'abaissement de la chaussée commencé le lundi a nécessité un décaissement de 700 M3 sur une surface de 1200 M2 s'enfonçant de 60 centimètres, ceci pour rétablir la fondation. Mais, il a fallu déplacer les lignes électriques haute et basse tension qui sont enterrées, c'est la R.E.C.(RAMPA) qui a pris en charge cette partie il a fallu aussi recréer un réseau (diamètre 300 mm) pour l'évacuation des eaux pluviales.

Sur une couche de géotextile, 200 tonnes de grave concassée " 0- 30" **venues de la carrière Lafarge ont constitué sur 10 centimètres d'épaisseur la couche de base; celle-ci a reçu une imprégnation d"émulsion de bitume et ensuite sont venues s"ajouter 2 couches de " grave bitume 0_14" de 9 centimètres d"épaisseur cet ensemble constituant la couche de fondation du corps de chaussée. Tous ces matériaux ont été étendus et réglés à la niveleuse puis compactées par les rouleaux, avant la circulation le vendredi 1er Octobre. Notez au passage que ces enrobés venues de la centrale EVARHO de Portes les Valence représentaient 570 tonnes !

Pour avoir suivi les travaux je puis vous assurer que Patrick Armand le chef de chantier veillait à ce que ces divers ateliers ne se gênent pas entre eux, heureusement le temps était beau les hommes connaissaient leur métiers et tout c'est "normalement " bien passé.

Le lundi suivant la première couche d"enrobés de liaison "0-10" était mise en place mais cette fois par le finisseur Demag et c'est le mercredi que la couche finale d'enrobés de roulement " 0-10" venait terminer l'ouvrage. entre temps le mardi fut un jour intermédiaire pour les raccordements aux voies adjacentes ou c'est encore une raboteuse, mais plus petite, qui assura le déblaiement avant la mise en oeuvre des enrobées. Les derniers jours ce fut l'achèvement des bordures, les îlots directement, la signalisation etc. bref les finitions, puis la Rotonde a retrouvé son anonymat et les automobilistes une route libre!!!

*compacter c'est rapprocher les grains plus au moins gros qui constituent l'ossature de la chaussée en les imbriquant les uns dans les autres pour leur faire occuper un plus faible volume et obtenir ainsi une résistance à l"enfoncement sous charge.

*le compactage obéit à des spécifications précises, sa réalisation nécessite des "rouleaux" dit statiques ou vibrants, sur pneu, sur cylindres acier ou mixtes, chacun de ces modèles ayant des effets complémentaires en profondeur ou en surface

**soit au total 1500 tonnes de matériaux d'apport c'est à dire l'équivalent d'un train l'auriez vous imaginé?

 

 

 

 

8

Non! le camion n'est pas en panne mais il va servir à "l'essai de plaque" qui consiste à appuyer d'abords avec 7 tonnes pour tasser le sol puis avec un certain relâchement ce sont 5 tonnes qui seront exercées puis relâchées ; alors qu'au bout de la règle de 3 mètres des instruments de mesures très précis enregistrent les déformations du sol suivant une procédure bien définie . Les résultats de mesures donnent une parfaite idée de la qualité du compactage .

 

9

Jean-Pierre le maitre-ouvrier de la niveleuse est au pupitre attentif aux repères qu'il doit suivre avec une précision de l'ordre du centimètre et croyez-le : cette dextérité et ce coup d'oeil ne sont pas donnés à tous

11

Ici au premier plan un compacteur mixte : pneu à l'arrière et bille en acier à l'avant

13

Photo 13 et 14 : Epandage précis de la première couche de gravier-bitume sur la - 14- on voit les fumées qui se dégagent des enrobées très chaud : ils sont probablement ver 160° . La mise en oeuvre doit être faite entre 135 minimum et 160° C .. Et pourtant les pneus résistent !!

15

Le technicien du laboratoire , Laurent surveille les indications du gamma-densimètre et Oui ! comme pour un examen pulmonaire il faut connaître le pourcentage des vides pour apprécier la qualité des enrobés compactés . Ici une micro-source de césium 137 temporairement enfoncée à 5 cms de profondeur détermine la densité du produit en place .

17

Photo 16 , 17 et 18 : Phase de préparation du raccordement aux vois adjacentes : une raboteuse de 1 mètre de largeur décaisse avec précision devant la terrasse vide de client . Quant à l'aubergiste de La Rotonde Jean-Claude (Claudi) il commence à en avoir assez de tous ces travaux !!!

19

Echange d'instructions entre Patrice le chef de chantier et Claude le régleur du finisseur 4,54 de hauteur c'est IMPÉRATIF même si ce n'est pas facile en dévers et virage avec changement de pente .........

 

TRAVAUX DU PONT SUD (1 )

TRAVAUX DU PONT NORD (1 )

TRAVAUX DU PONT NORD (2 )

TRAVAUX PREPARATION (1 )

TRAVAUX PREPARATION (2 )

 

Accueil

1

2

3

4

Les 4 photos ci-dessus : la raboteuse est en action : derrière ce châssis gris ( photo 2 ) 650 cv entraînent en rotation un cylindre de 2,1 m de long et d'environ 1 m de diamètre sue lequel sont fixés 150 pointes en acier de la taille d'un pouce : elles sont capables d'arracher tout ce qu'elles rencontrent . Cette machine rejette avec une certaine vitesse les déblais dans un camion ( photo 1 ) les photos 3 et 4 donnent une idée de la dimension de ce monstre vorace capable de remplir une semi-remorque de 25 tonnes en 6 minutes !!

5

Compactage du "0-30" et pose des bordures , alors que sur le pont s'achève les finitions des nouvelles travées .

6

Au chalumeau Roy de l'entreprise Ziegler Jeanne de Rochemaure découpe l'une des anciennes travées : il faut bien que les boulistes retrouve leur terrain de jeu .

7

Implantation horizontale et altimétrique des bordures

 

10

Compactage de la première couche de gravier-bitume , à droite on voit la valeur du dénivelé aux traces sur les maçonneries du pont

12

14

 

16

 

18

 

20

Ce sera la dernière photo celle de la couche de roulement

 

Ici s'achèvent ces reportages sur des travaux assez exceptionnels . Je remercie tous ceux qui aimablement m'ont permis de vous donner toutes ces informations et ont accepté d'en être les acteurs par leur gestes professionnels .

Jacques FERROUSSIER

27/10/04