Voie férrée de Privas

C'est avec un peu de retard pour les internautes visitant notre site que mon reportage photos prends la suite de ce jour quelques peu historique pour notre cité.


Ce 20 janvier 2003 vers 11 heures , le pont de la voie de Privas était mis à terre . Inutile depuis 1994 , ce témoin d'une époque était un point dangereux pour les automobilistes ......Mais aussi pour les piétons et cyclistes : ceux du quartier des Grives et du Molinard en particulier ne le regretteront pas ! .

A l'occasion de cette disparition , j'ai pris des photos et j'ai relu quelques documents car Gilles souhaitait un commentaire pour les internautes curieux de notre histoire , voici donc un bref historique de cette voie aujourd'hui disparue ..

Le 7 février 1862 c'était l'inauguration de la ligne de Privas , dont cet ouvrage en maçonnerie de pierre portait sur son tablier métallique la voie unique à écartement normal , joignant en 26 kms Livron-La Voulte-Le Pouzin-Chomérac-aux mines de fer de Privas . C'était aussi la première ligne de chemin de fer de l'Ardèche et les 350 000 tonnes qu'elle allait acheminer dès sa première années montrent bien son utilité .

Un décret de 1857 avait imposé à la compagnie PLM de construire cette ligne pour faciliter l'essor de l'industrie métallurgique locale . Le charbon pour l'énergie , le coke pour les hauts-fourneaux arrivaient de Saint-Etienne ( Loire ) via gare de Loriol . Le minerai de fer descendait de Privas vers les fonderies de La Voulte et du Pouzin puis les produits métallurgiques repartaient par la grande ligne Paris-Lyon-Marseille . Mais tout le trafic local se faisait par charrettes et tombereaux , c'étaient 200 à 300 attelages de chevaux ( dans chaque sens ) qui traversaient journellement les agglomérations de Privas et de la vallée de l'Ouvèze . Encombrement , bruits , poussière , boue , et ornières ; imaginez la situation ! . Cela durait depuis plus de vingt ans et ne cessait de s'amplifier .

Dans les années 1862-1868 la production annuelle de minerai était de 180 000 tonnes en 1869 , elle atteignit même 217 000 tonnes (pour les seules mines Privadoises ) . Après 1870 , la concurrence du minerai Lorrain , et l' appauvrissement des gisements allaient enclencher le déclin pour tomber à 300 tonnes en 1938 . La fonderie du Pouzin s'était arrêtée 10 ans plutôt et un ancien Pouzinois de la cité Granouly me disait il y a quelques années avoir arrêté lui même la dernière chaudière en 1928 .

Pour sa part le trafic voyageur démarra en 1862 avec 3 transports dans chaque sens pour monter à 6 en 1910 , année ou 60 000 personnes ont acheté un billet à Privas .Entre temps les lignes Le Pouzin - Alès en 1876 - La Voulte -Givors en 1879 puis Lyon-Nimes en 1880 étaient entrées en service . L'automobile allait s'imposer et gagner la partie ......... En 1938 le trafic voyageur pour Privas fut arrêté . Certe en 1943 quelques voitures de 3ème classe étaient accrochées aux trains de marchandises journaliers , mais c'était la guerre et il fallait bien maintenir la liaison avec la préfecture . Quelque années plus tard , la route avait repris l'intégralité du trafic et seules des liaisons de marchandises furent utilisées , avec Chomérac puis il y eut un dernier train .

Cette ligne fut définitivement fermée au trafic le 31 mai 1994

Jacques Ferroussier

Historique de la voie ferrée Le Pouzin - Alès

 

Précédent

Accueil